Accueil > Reptiles et amphibiens > COMMENT DIFFÉRENCIER CRAPAUDS, RAINETTES ET GRENOUILLES

COMMENT DIFFÉRENCIER CRAPAUDS, RAINETTES ET GRENOUILLES

On appelle souvent à tort «grenouille» tout ce qui a des grosses cuisses, bondit et émet un «wrabet» particulier. Pourtant, les grenouilles véritables ne sont que l’une des trois familles d’anoures (ordre d’amphibiens présentant ces caractéristiques) au Québec. Bien qu’elle soit celle qui regroupe le plus grand nombre d’espèces dans la province, il est intéressant de savoir la différencier de la famille des rainettes et des crapauds.

Les crapauds, de la famille des Bufonidés, sont plutôt faciles à reconnaître puisqu’ils ne comptent qu’un seul représentant dans la province, le Crapaud d’Amérique (Bufo americanus americanus). Pour s’en former une image précise, il n’y a qu’à se rappeler le vieux mythe de la sorcière qui transforme le prince en crapaud. Cet animal, trapu et terrestre, est recouvert de verrues purulentes, de véritables glandes à venin, dont les deux plus grosses sont situées derrière chaque œil et aident d’un seul coup d’œil à le différencier des autres familles d’anoures (Dufault, 2011). Sa peau sèche révèle qu’il fréquente surtout les milieux terrestres, parfois très secs, ce qui le différencie de la plupart des grenouilles qui se tiennent à proximité des cours d’eau. Faut-il craindre les verrues des crapauds? Pas au Québec. Le venin qu’elles contiennent n’agit que lorsque l’animal est mordu par un prédateur est ne présente aucun danger à la manipulation (Desroches et Rodrigue, 2004). Il faut par contre éviter de se licher les doigts juste après la manipulation!

Les rainettes, de la famille des Hylidés, sont des anoures typiques des forêts tropicales, mais on en compte quatre espèces au Québec. On peut se figurer facilement cet animal en se rappelant le logo récemment utilisé pour les publicités de Telus. Les orteils de ces amphibiens sont terminés par des ventouses qui leur permettent de s’accrocher aux arbres et qui sont même assez puissantes pour se «coller» sur le verre  (Desroches et Rodrigue, 2004). D’une couleur variant du gris au vert, leur robe peut changer selon l’environnement et faire des rainettes des maîtres du camouflage (Dufault, 2011). Si l’on pourrait rapidement confondre les rainettes et les crapauds, il suffit de se rappeler que la plupart des rainettes au Québec ne dépassent pas 3.5 cm alors que le plus petit des crapauds fait 4.0 cm, soit environ la longueur du petit doigt (Desroches et Rodrigue, 2004). Si la taille minuscule des rainettes ne suffit pas à révéler leur identité, les ventouses de leurs orteils sont le détail qui permet à coup sur de les identifier.

Pour ce qui est des grenouilles véritables, de la famille des Ranidés, elles sont recouvertes d’un mucus qui les rend lisses au toucher et se tiennent généralement à proximité des cours d’eau. Deux gros cercles situés derrière les yeux (parfois plus gros que les yeux), qui ont l’apparence de joues timides, sont en réalité des tympans qui leur permettent d’entendre les chants émis lors de la période de reproduction. Puisqu’elles fréquentent surtout les milieux aquatiques, leurs pieds sont fortement palmés ce qui en fait d’excellentes nageuses (Desrochers et Rodrigue, 2004). Enfin, elles possèdent les cuisses les plus musclées des familles d’anoures puisqu’elles sont les meilleures sauteuses. C’est pourquoi les cuisses de grenouille fortement appréciées en cuisine sont celles des ouaouarons, l’espèce la plus chaireuse des Ranidés (Dufault, 2011).

On peut également différencier les crapauds, rainettes et grenouilles sans même avoir à les regarder. Il suffit d’être attentif à leur chant durant la période de reproduction qui s’étend généralement du printemps à la fin de l’été. Le chant du Crapaud d’Amérique est un long trille persistant sans variation de note, que personne ne souhaite avoir dans sa cour arrière alors qu’il essaie de s’endormir. Le chant des rainettes, beaucoup plus agréable à écouter, peut facilement se confondre avec celui des oiseaux ou des grillons. Celui des Rainettes crucifères (Pseudacris crucifer crucifer), par exemple, représente le bruit typiquement réconfortant des soirées au chalet réunis autour d’un feu. Quant aux grenouilles, elles ont des chants plutôt variés selon les espèces (six au Québec), allant du «toc-toc-toc» des Grenouilles du Nord (Rana septentrionalis), à la toux sèche des Grenouilles vertes(Rana clamitans melanota) en passant par le rugissement des Grenouilles Léopards (Rana pipiens).

En résumé, on distingue les trois familles d’anoures par leur aspect général, leur milieu de vie et leur chant. Les crapauds, recouverts de verrues, sont exclusivement terrestres et ne chantent qu’une seule note. Les rainettes, emblèmes de Telus, sont souvent accrochées aux arbres grâce à leurs orteils terminées par des ventouses et leur chant se confond avec celui des oiseaux ou des grillons. Finalement, les grenouilles gluantes et palmées se tiennent près des plans d’eau et leurs chants diffèrent fortement entre les six espèces présentes au Québec. Dorénavant, vous pourrez être plus attentifs à ces petites bestioles qui deviennent de plus en plus précieuses ces dernières années au Québec, menacées par un bon nombre de perturbations anthropiques et environnementales.

Bibliographie

Desroches, Jean-Francois  et David Rodrigue.2004. Programme de crédit d’impôt Amphibiens et reptiles du Québec et des maritimes.  Quintin. Waterloo. 288p.

Dufault, Dominique. 2011. Taxonomie des vertébrés 145-402, amphibiens et reptiles. Cégep de Saint-Laurent. Techniques de Bioécologie. 59p.

About these ads
  1. carole et michel
    3 avril 2011 à 13:30 | #1

    BRAVO BRAVO BRAVO

    Je n’ai lu pour l’instant que le blogue sur les grenouilles, et j’en reviens pas encore comment c’est bien fait, c’est expliqué d’une façon que tout le monde peut
    comprendre avec de très belles images, et en plus la cerise sur le sundae, on peut
    entendre leur chant, je suis vraiment impressionnée. Ça donne tout simplement le goût de continuer, car tous les sujets qui sont présentés a ton index nous incite à la curiosité tels les mythes ou réalités…

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: